CBD et cancer : que savons-nous de l’usage thérapeutique du cannabidiol ?

huile de CBD en soutient des traitements contre le cancer
Tout savoir sur les effets du cannabidiol sur les cancers

Selon les études et les expériences cliniques, le CBD soulage grandement les personnes souffrant d’un cancer. En partant de ces faits, l’équipe de Greentropics a voulu en savoir plus sur ces effets thérapeutiques et spécifiques du cannabidiol.

Le CBD permet-il uniquement de soulager la douleur des patients ou son action permet-elle de guérir des maladies cancéreuses ?

À travers ces questions, nous présenterons les dernières recherches scientifiques dédiées à cette thématique. Dans une époque de plus en plus séduite par les vertus naturelles du CBD, il convient de faire toute la lumière sur le lien entre CBD et cellules cancéreuses, sans oublier d’évoquer des produits dérivés du cannabis efficaces pour calmer les douleurs liées à ces maladies.

En quête d’un produit CBD pour calmer vos douleurs ? Cliquez ici !

Pouvons-nous traiter le cancer avec du CBD ?

Les différents types de cancer font partie des maladies les plus mortelles qui existent chez les êtres humains. Depuis les découvertes thérapeutiques du CBD, mais aussi de tous les composants dérivés du cannabis, des perspectives s’ouvrent petit à petit vers des traitements naturels, alternatifs et complémentaires à la chimiothérapie.

Deux grands effets du CBD ont été mis à jour ces dernières années par une centaine d’articles scientifiques. Ces documents revendiquent les effets positifs du CBD sur des patients victimes de cancer en s’appuyant sur des études essentiellement précliniques, in vitro ou réalisées in vivo (sur des souris). Les bienfaits du cannabidiol sont aussi approuvés par le National Cancer Institute (NCI).

Soulagement des effets secondaires résultant des traitements cancéreux

Dans le cadre de l’accompagnement d’un cancer, les douleurs chroniques et neuropathiques associées aux symptômes, mais aussi aux traitements eux-mêmes (chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie), affectent fortement la qualité de vie des patients. L’usage des opioïdes et des anti-inflammatoires stéroïdiens provoquent à moyen et long terme des symptômes secondaires sévères connus (dépendance, troubles de l’humeur, du sommeil, de l’appétit, faiblesses hépatiques, rénales…).

Effets antiémétiques

CBD et chimiothérapie
Cannabidiol : l’allié des patient.e.s en chimiothérapie ?

Un rapport scientifique de 2019 rapporte l’habilité du CBD à contrôler le réflexe nauséeux induit par les traitements au fait qu’il réduit la libération de la sérotonine des cellules dans l’intestin grêle induite par la chimiothérapie.

Là où les opioïdes et les corticoïdes généralement administrés pour faire face aux traitements anti-cancer peuvent affecter les reins, le foie, et la densité osseuse à moyen et long terme, le CBD ne présente aucun effet secondaire et, au contraire, a un effet protecteur, via le système endocannabinoïde sur les organes principaux.

Dans ce cas précis, il faut mettre en valeur l’action antinausée des récepteurs CB1 et 5-hydroxytryptamine 3 (5-HT3) du SEC sur les circuits émétiques.

Stimulation de l’appétit

Pour l’appétit, bien que le THC soit le champion des fringales, en aidant fortement la prise alimentaire avec une vraie sensation de faim, le CBD a aussi des effets bénéfiques bien que plus doux. En apaisant les douleurs, et en équilibrant le système immunitaire et les accès inflammatoires, les organes de la faim et de la digestion sont plus à même de transmettre les signaux et d’aider à la prise alimentaire.

Le CBD régule l’appétit dans l’harmonie, en redonnant un cycle faim-satiété, tout au long de la phase d’éveil. Il est d’ailleurs utilisé comme traitement de l’hyperphagie : la prise alimentaire devient normale, déclenchée par la faim et stoppée dès qu’il n’y a plus les signaux de faim. Le CBD peut réellement aider à maintenir un poids de santé (important pour faire face aux développements et aux traitements du cancer) au lieu de subir une baisse d’appétit, des nausées et une fonte musculaire importante.

Réduction de l’anxiété et de la dépression

Le système endocannabinoïde joue un rôle central sur la régulation de l’humeur. Comme nous le détaillons dans cette page, le CBD agit sur le contrôle de la sérotonine (hormone du bonheur). Cette caractéristique est la bienvenue chez des personnes en prise avec un état dépressif.

Effets analgésiques

Les vertus analgésiques du CBD réduisent les douleurs neuropathiques visibles chez les victimes de cancers. Toutes les sensibilités accrues au niveau des muscles supraépineux, de la colonne vertébrale, de la moelle épinière et des nerfs neuropathiques extérieurs sont réduites par l’action du cannabidiol.

Effets anti-inflammatoires

Les caractéristiques anti-inflammatoires de la molécule permettent de réduire les gonflements des mains et des pieds. Ces symptômes sont souvent visibles chez les patients évoluant sous chimiothérapie.

Les cannabinoïdes, dérivés du cannabis, mais aussi le cannabis lui-même avant que la recherche médicale n’ait pu isoler ses composés, ont prouvé leur efficacité pour soulager les symptômes du cancer, même les plus aigus.

Ralentir la propagation du cancer

Les cellules cancéreuses freinées par l’action du cannabidiol

Le potentiel thérapeutique du CBD ne s’arrête pas à la réduction des effets secondaires. Plusieurs études, ces toutes dernières années, ont prouvé en préclinique que le cannabidiol, mais aussi d’autres cannabinoïdes comme les phytocannabinoïdes ou le THC combattent également les cellules cancéreuses.

Pour comprendre ce mécanisme, il faut s’arrêter sur les propriétés cytotoxiques des cannabinoïdes permettant d’inhiber la prolifération et la métastase des cellules tumorales.

La multitude d’études précliniques affirment que les effets bénéfiques de la substance issue du cannabis se ressentent à plusieurs niveaux :

  • l’inhibition de la prolifération,
  • la néovascularisation ou l’angiogenèse,
  • la propagation,
  • la chimio résistance,

THC

Parmi les actions thérapeutiques mises en lumière ces dernières années, il est essentiel d’aborder l’accélération de l’apoptose (destruction des cellules cancéreuses). Une étude affirme que le THC, via les récepteurs CB1 et CB2, précipite la destruction des cellules cancéreuses grâce à la formation de céramides. Dans un contexte de cancer, ce processus d’apoptose est totalement bloqué par la mutation des cellules cancéreuses.

Quels cancers traiter avec le CBD ?

Les mécanismes du CBD activés par les récepteurs CB1 et CB2 s’avèrent bénéfiques pour tous les types de cancers (poumon, prostate, colon, peau, prostate, intestin…). Cependant, les différents types de maladies et les multiples cannabinoïdes ne permettent pas de définir un traitement unique. Les effets ressentis diffèrent d’ailleurs selon le type de cancer.

Chaque maladie fait aussi l’objet d’études spécifiques, mettant en valeur l’action de tel ou tel cannabinoïde. Les exemples scientifiques abondent comme c’est le cas avec cette étude concernant le cancer du sein ou celle-ci à propos du cancer du côlon.

Dans cette courte vidéo, le professeur Pierre-Yves Desprez, spécialisé dans la recherche autour des cannabinoïdes et des cancers, confirme nos propos :

Des dizaines de recherches scientifiques

Une des premières recherches a prouvé in vitro en 2010 que le CBD inhibait les métastases du cancer du sein. Une autre étude, in vivo cette fois (sur des souris), a depuis montré qu’il induisait l’apoptose (l’autodestruction des cellules en réponse à un signal d’alerte) des cellules cancéreuses du cancer gastrique, en régulant les protéines anti-apoptotiques SMAC/XIAP observées dans ce cancer.

Plus récemment, en 2018, chez la souris: une autre étude a prouvé que son utilisation avec une chimiothérapie inhibe la prolifération des cellules du cancer du pancréas.

In vivo (chez l’animal), l’administration a été faite directement dans la tumeur, ou bien par ingestion. L’état de la recherche est pré-clinique, on ne sait pas encore comment le CBD agirait en tant que thérapie isolée et première sur un cancer chez l’homme. Mais l’effet préventif, anti-inflammatoire, et tout le cortège des autres effets grandement bénéfiques du CBD, en font un allié premier et constant contre le développement du cancer.

CBD le cannabinoïde puissant
Le CBD agit sur le système immunitaire et régule la réponse inflammatoire.

Une alternative aux traitements traditionnels ?

Dans une étude de cas révélée par le BMJ Case Reports en octobre 2021, des médecins britanniques révèlent avoir observé une régression du cancer du poumon d’une fumeuse de 80 ans. Au lieu de se soumettre aux traitements traditionnels (chimiothérapie, radiothérapie et chirurgie), cette patiente a ingéré de l’huile de CBD par voie orale (0,5 ml 2 à 3 fois par jour) pendant plus de deux ans.

À la fin de l’expérience, la tumeur avait baissé de 31 mm. Pour plus de précisions, l’huile en question était composée de 20,5% de CBD, de 19,5% de THC et de 23,8% d’acide tétrahydrocannabinoïque.

Si ce cas ne permet pas de justifier l’effet exclusif du CBD, il permet de souligner, de nouveau, le potentiel des cannabinoïdes dans le cadre de méthodes alternatives, tout en justifiant le besoin de proposer des recherches plus poussées.

Les limites du CBD

Malgré les études scientifiques et les résultats prometteurs, la complémentarité du CBD dans les traitements cancéreux doit encore prise avec des pincettes.

Cela s’explique notamment par les mauvaises interactions du cannabidiol avec certains médicaments-. Dans 57 cas, les cannabinoïdes – ingérés en très grande quantité-, peuvent altérer l’action médicamenteuse. Parmi eux, l’oméparzol, la warfarine ou le diclofénac sont des solutions médicamenteuses utilisées pour soulager les symptômes des traitements des cancers.

En outre, dans certaines circonstances, les cannabinoïdes provoquent des effets inverses en encourageant le développement des cellules cancéreuses

Le Pr Gisèle Chvetzoff, responsable des soins de supports au Centre Léon Bérard, l’explique bien « ces interactions peuvent présenter un gros problème en cancérologie, car le CBD peut augmenter la toxicité des traitements du cancer. C’est pour cela que les patients atteints de cancer ne peuvent pas participer à l’expérimentation nationale s’ils reçoivent actuellement des traitements anticancéreux (que ce soit hormonothérapie, chimiothérapie, thérapie ciblée ou immunothérapie), sauf dans le cadre des soins palliatifs. »

Comment utiliser le CBD dans l’accompagnement du cancer?

Pour rebondir sur nos propos précédents, il est essentiel de parler à un professionnel de santé votre envie de consommer du CBD pour soulager vos maux ou pour compléter un traitement en cours.

De nombreux modes de consommation existent. Si les huiles CBD ont souvent les préférences du public, les gélules et les baumes sont tout aussi indiqués pour soulager les douleurs liées au cancer, tant pour leurs vertus que leur mode d’administration.

Via la voie sublinguale, la molécule de chanvre pénètre, par résorption, via les capillaires et atteint la circulation sanguine très vite ensuite par les veines jugulaires. Ainsi, elle n’est pas dégradée par la digestion (par les sucs acides de l’estomac, par le passage dans les intestins) et agit rapidement.

Dans le cadre d’un cancer, la dose de CBD doit être élevée afin de ressentir les effets.

  • Gélules de CBD

Le goût (puissant, terreux, herbeux) peut être difficile à supporter pour certains. Dans ce cas, les gélules sont une excellente alternative. Les gélules ont d’autres avantages : elles sont déjà dosées – on sait exactement combien on ingère d’extrait de CBD – et facilement transportables. Mais on “perd” de l’efficacité rapide, par la voie digestive.

  • Huile de CBD

Si vous pouvez vous adapter à la forme huileuse par voie sublinguale, cela reste la meilleure façon, pure et directe, d’ingérer du CBD.

Il s’agit de laisser le produit sous la langue pendant une minute, pour que les capillaires s’en imprègnent bien, et il est conseillé de le faire à distance des repas.

  • Baumes de CBD

En application cutanée, pour les douleurs des articulations, des nerfs, de la peau (démangeaisons, brûlures, notamment dues aux traitements), le CBD est très efficace et agit instantanément. On peut utiliser l’extrait huileux directement sur la zone à soulager. Mais des baumes déjà dosés existent dans les magasins vendant du CBD.

Dosage du CBD

Les huiles varient dans leur concentration en CBD: une goutte représente entre 2 et 10 mg de CBD selon le dosage (entre 5 et 20% d’extraits de CBD dans une huile d’extraction).

Il est généralement conseillé de prendre 1 à 6 mg de CBD par tranche de 5 kilos, en une ou deux prises par jour, et d’augmenter selon les besoins. Par exemple, un utilisateur de 70 kilos peut commencer par 15 mg/jour et augmenter doucement en fonction des résultats – en attendant 4 jours avant d’augmenter (s’il n’y aucun résultat sur les symptômes).

Afin d’obtenir la posologie adaptée à votre cas, rendez-vous sur notre calculateur de dosage CBD.

Conclusion

Ces dernières années, les cannabinoïdes ont été étudiés non seulement pour leurs effets apaisants et régulateurs sur les symptômes liés au cancer et à ses traitements, mais aussi pour leurs effets sur le système immunitaire et l’inflammation.

En gérant, dans les plus fins détails, l’homéostasie (capacité de tous les composants du corps humain à maintenir un état stable en fonction de l’environnement – température, stress cardiaque, glycémie…), et en harmonisant la réponse inflammatoire, le CBD est l’allié de notre corps pour former un bouclier sain.

Mais les études récentes montrent que c’est en inhibant certaines protéines et certaines hormones, qu’il peut détruire des néo-cellules cancéreuses, et devenir une vraie première ligne thérapeutique.

Pour l’instant, le CBD n’a pas fait l’objet d’expériences sur des patients atteints de tumeurs (les études ont été menées in vitro et chez la souris). En outre, nous tenons à insister : les cannabinoïdes ne permettent pas de se soigner d’un cancer.

On ne sait pas encore à quel dosage et selon quelle administration il serait efficace chez l’homme. En attendant, la réduction des tumeurs est impressionnante en pré-clinique et devrait susciter beaucoup de projets de recherche clinique.

On peut d’ors et déjà profiter de son effet régulateur du système immunitaire et de la réponse inflammatoire, en prévention et en accompagnement des symptômes du cancer. L’expérience des utilisateurs montre une vraie réduction de la fatigue, de la douleur, de la perte de poids et des nausées. Quelques gouttes sous la langue de l’extrait pur de CBD, dans un dosage approprié, suffit à harmoniser les réponses névralgiques et auto-inflammatoires du corps, face à l’épreuve qu’est le cancer.

FAQ

Existe-t-il des médicaments au CBD contre le cancer ?

À ce jour, il existe un médicament délivré sous ordonnance hospitalière d’exception : le Sativex. Il contient une combinaison de THC et de CBD, permettant de soulager les douleurs aiguës des phases avancées du cancer (il a été mis originellement sur le marché pour améliorer les spasticités provoquées par la sclérose en plaques).

Quelles maladies soignent le CBD ?

Le CBD ne soigne pas, mais ses multiples vertus thérapeutiques permettent de soulager de nombreux maux, même ceux causés par les effets secondaires des chimiothérapies.

Le CBD est-il recommandé dans un traitement contre le cancer ?

Il est démontré que le cannabidiol soulage les patients en soins palliatifs. Cependant, toute consommation de CBD en accompagnement d’un traitement contre le cancer doit faire l’objet d’une consultation avec un médecin. La molécule peut freiner l’évolution des cellules cancéreuses, mais peut aussi provoquer l’effet inverse.

Auteurs:
Avatar
Armelle Cassanas
References

Annals of palliative medicine. A selective review of medical cannabis in cancer pain management. Article médical [en ligne]. https://www.researchgate.net/profile/Shannon_Ohearn/publication/319398959_A_selective_review_of_medical_cannabis_in_cancer_pain_management/links/5a159d884585153b546c8fbd/A-selective-review-of-medical-cannabis-in-cancer-pain-management.pdf Consulté le 7 octobre 2020

Cancer medicine. The current state and future perspectives of cannabinoids in cancer biology. Article scientifique [en ligne]. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/cam4.1312#cam41312-bib-0025 Consulté le 7 octobre 2020

Oncogene. GPR55 signaling promotes proliferation of pancreatic cancer cells and tumor growth in mice, and its inhibition increases effects of gemcitabine. Article scientifique [en ligne]. https://www.nature.com/articles/s41388-018-0390-1 Consulté le 7 octobre 2020

Breast cancer res. treat. Pathways mediating the effects of cannabidiol on the reduction of breast cancer cell proliferation, invasion, and metastasis. Article scientifique [en ligne]. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3410650/ Consulté le 7 octobre 2020